En tant qu’espagnole je croyais que la France était un pays plus « avancé » que l’Espagne. Avec les années je comprends à quel point rien n’est blanc et noir.

La France reste un pays exemplaire pour moi, mais une exception qui fait relativiser cette image de la France comme un pays plus avancé, est la manière dont le cannabis est perçu par la société française, ses politiques et ses lois.

Quand j’ai été embauchée en 2014 par Expogrow j’ai énormément appris sur la question. N’étant pas consommatrice, je devais en tant que membre de l’équipe de communication et porte-parole en France apprendre sur le sujet. En France le constat est flagrant : il existe un grand décalage entre la situation légale et la réalité. En Espagne, on peut légalement acheter des graines et planter chez soi quelques plants pour la consommation personnelle.

Expogrow est une Foire de Cannabis comprenant à la fois des concerts live avec une programmation musicale pointue, un espace de conférences (IV Forum Social International du Cannabis) et des activités en plein air. Décrite par Le Point comme le « Salon français du cannabis », Expogrow se passe en Espagne à quelques mètres de la frontière avec la France… et ce n’est pas un hasard.

Le petit univers d’Expogrow imaginé et réalisé par Agence Dream avec Adobe Illustrator.

Le cannabis en France

La loi française du 31 décembre 1970 met dans le même sac héroïne, cocaïne et cannabis, classés comme stupéfiants. L’usager de cannabis risque une peine de prison allant jusqu’à un an et une amende de 3 750 euros. Elle est l’une des plus répressives de notre continent. Le résultat est inefficace puisque la consommation est l’une des plus élevées de l’Europe.

L’argument de la coûteuse politique répressive reste la protection de la jeunesse contre les effets nocifs du cannabis.

La censure

Pour verrouiller l’opinion publique, la loi punit de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende le fait de présenter la consommation et le trafic de stupéfiants « sous un jour favorable ».

C’est ici que nous avons révisé avec soin notre travail à l’Agence Dream, car comment communiquer en France sur une foire de cannabis sans aller en prison ? Nous ne pouvons pas parler de cannabis, ni afficher la feuille de marijuana, sans risquer une amende ou la prison.

Le sourire m’échappe à chaque fois, tellement c’est délirant. Qui m’aurait dit à moi, espagnole, qu’en France je devrai un jour contourner la loi pour communiquer ? Nous ne sommes pas sous la dictature de Franco, non, nous sommes en France, en 2015.

Malheureusement de nombreux médias refusent de parler sur Expogrow ou de nous vendre leurs espaces publicitaires. Ils ont peur de choquer leurs lecteurs ou auditeurs, ils ont peur d’être associés au mauvais discours et ils ont peur de souffrir des conséquences pénales. Bien évidement chaque média a sa propre ligne éditoriale et critère, mais soyons honnêtes :

L’autocensure sur le cannabis dans les médias français est complice d’un débat qui n’avance pas et qui est nécessaire

On est optimiste malgré tout. De nouveaux courants viennent des États Unis et d’autres pays. Il y a quand même une évolution timide mais positive en France.

Couverture médiatique en France sur le cannabis

Le journaliste Michel Henry de Libération a publié un article sur le cannabis et Expogrow en 2014, un texte de proposition de loi a été présenté en février 2015 par la sénatrice Esther Benbassa, les médias s’y intéressent d’avantage en général, Arte annonce une série sur la Weed, et Expogrow 2015 a été relayé via AFP par de nombreux médias comme Le Courrier International, L’Obs, L’Express, Le Point, Euronews, etc. France Culture a dédié 49 minutes de son émission Sur la Route aux « jardiniers français » et à Expogrow, sans tabous et avec grande franchise.

Jeux de différences

Pour notre part, communication officielle oblige, nous avons joué avec les images et avec les mots. D’abord, le mot cannnabis est oublié. Nous communiquons sur Foire de Chanvre. Au niveau visuel c’est là où ça devient le plus drôle :

staff2

Tout sur notre mission à Expogrow en 2015.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.